Les conséquences terribles du péché et les conséquences glorieuses de la grâce

« Il m’a rassasié d’amertume, Il m’a enivré d’absinthe. Il a brisé mes dents avec des cailloux, Il m’a couvert de cendre. Tu m ‚as enlevé la paix; je ne connais plus le bonheur. Et j’ai dit: Ma force est perdue, je n’ai plus d’espérance en l’Éternel ! Quand je pense à ma détresse et à ma misère, à l’absinthe et au poison; quand mon âme s’en souvient, elle est abattue au-dedans de moi. » (Lamentations 3 :15-20)

Qu’est-ce que le prophète Jérémie a dû vivre pour écrire de tels versets amers? Tout le malheur et le mal du monde semblent être tombés sur lui. Néanmoins, il écrit immédiatement après sa complainte ceci : «Voici ce que je veux repasser en mon cœur, ce qui me donnera de l’espérance. Les bontés de l’Éternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne sont pas à leur terme; Elles se renouvellent chaque matin. Oh! que ta fidélité est grande ! L’Éternel est mon partage, dit mon âme; C’est pourquoi je veux espérer en lui »(Lamentation 3: 21-24).

Jérémie est complètement au bout de ses forces. Il a vécu le jugement, la destruction totale d’Israël. Il s’inquiète pour sa vie. Sa situation semble sans espoir. Et pourtant, il parle d’espoir. Mais comment ces deux états contraires et ambivalents vont-ils de pair ? Comment le jugement et l’espoir, l’anéantissement et les grâces pourraient s´ajuster les uns aux autres? La réponse à cela nous est donnée par le livre de Jérémie.

Beaucoup de chrétiens ont du mal à lire le livre du prophète Jérémie. Pour eux, il ne s’agit que d’un livre difficile à comprendre, rempli de menaces et de jugements récurrents, presque sans histoires passionnantes et simplement déprimant et sombre. Si, le livre est déprimant et sombre dans de nombreux endroits, car il contient le message de Dieu à un peuple impie dans un temps d´impiété. Cela cadre bien avec notre temps, c’est pourquoi il est alors si important que nous comprenions ce message divin. 

Israël, le peuple de Dieu s´est détourné de Dieu et s´est tourné vers les idoles: «Car mon peuple a commis un double péché: Ils m’ont abandonné, moi qui suis une source d’eau vive, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées, qui ne retiennent pas l’eau. » (Jérémie. 2:13)« Jérémie dit qu’ils ont mis leur confiance dans l’argent, des bâtiments et des rituels jusqu´à tel point qu´ils considèrent la parole de Dieu comme un mensonge, une falsification et comme une parole humaine. Aussi, ils méprisent les étrangers et les pauvres, les travailleurs journaliers et les esclaves. Ils pratiquent l´occultisme et la magie ; ils trichent leurs prochain et tuent même des enfants, pour les idoles. Ils font tout, sauf chercher Dieu! Cela nous semble-t-il familier? Comme Jérémie à l’époque, nous aussi nous subissons aujourd’hui les conséquences terribles et catastrophiques du péché.

Le péché conduit à pécher encore et encore plus

Emprunte une voie du péché conduit logiquement à vivre de plus en plus dans le péché. Parce que si je m´éloigne de Dieu, je me retire au fur et à mesure de son influence. Ainsi je me rapproche de l’influence du monde pécheur et me développe conséquemment dans le péché. Jérémie a essayé d’expliquer ce dilemme aux gens, mais leur réponse était : «Je suis innocent ; sûrement sa (Dieu)colère s’est détournée de moi! » (Jérémie 2:35). Comment pouvaient-ils parler comme ça? Ils servent les idoles, mais en même temps ils font des sacrifiés à Yahwe le Seigneur. Le peuple d’Israël pensait que Dieu allait être satisfait d´être adorer comme une idole mise à côté d´autres idoles. 

Le peuple ne s´effraye pas de son péché! Non ; hypocrite, il se prend pour pur et ose même accuser Dieu. Ils se sont détournés de Dieu et se sont tournés vers les idoles. Ils ont violé des commandements de Dieu et sont devenu hypocrite et blasphémateur, et ainsi de suite … «Elle offre sa méchanceté comme un puits offre son eau. Ce qu´on entend d´elle ne fait état que de violence et de persécution, je vois sans cesse de la souffrance et des blessures » (Jérémie 6: 7).

Cet épisode de péché est décrit dans presque 52 chapitres du livre de Jérémie. Mais pourquoi tant de choses? Pourquoi Jérémie étale largement ce sujet ? Pourquoi écrire la même chose encore et encore? Tout simplement, pour que cela soit clair : le péché mène au péché, il conduit à plus de péché et encore plus de péché. Ça va de mal en pire, ça éloigne de plus en plus de Dieu !

En étudiant le livre de Jérémie, j’ai pensé vers la fin que je ne découvrirais plus rien de nouveau sur l´état de décadence dans le péché.  Je m´imaginais que le peuple ne pouvait pas aller aussi plus loin dans leur comportement de péché. Mais Jérémie décrit ceci. En effet, la dernière poignée de Juifs – qui avaient survécu à la destruction de la guerre et qui n’a pas été déporté par les soldats de Nabuchodonosor, a fui en Egypte. Cette fuite en Egypte était contre l´ordre du Seigneur. Ils ont alors vécu là-bas en détails la réalisation des paroles de jugement de Dieu prononcé par Jérémie.  Ainsi il leur fut clair que depuis 40 ans Jérémie disait la vérité, et que les révélations de leurs „prophètes „, qui adoraient les idoles étaient du mensonge. Lorsque Jérémie a ensuite attiré leur attention sur leurs attitudes et les a appelés à se repentir, qu’est-ce que les gens ont répondu?  

Au moment où l’on pense qu’ils doivent maintenant avoir saisi, ils disent: « Tu as beau nous parler au nom de l’Eternel, nous ne t’écoutons pas. Nous voulons faire tout ce que nous avons dit et continuer de faire brûler de l’encens et de verser des offrandes liquides en l’honneur de la reine du ciel, tout comme nous l’avons déjà fait, nous et nos ancêtres, nos rois et nos chefs, dans les villes de Juda et dans les rues de Jérusalem. Nous étions alors rassasiés de pain et heureux, nous ne connaissions pas le malheur »(Jérémie 44: 16-17).

Ce récit triste et effrayant nous révèle une profonde vérité spirituelle: l’homme est esclave du péché!Selon le « bon sens », ils devaient déjà s’être rendu compte qu’ils sont sur une mauvaise voie, que ça va de mal en pire, et pourtant ils décident de continuer à pécher. Pourquoi c’est ainsi ? Parce que le péché a tout bouleversé! Oui notre entendement est aussi atteint! Ce qui est bien, est considéré comme mauvais ; ce qui est mal, est considéré comme bien et souhaitable. Un regard sur la façon dont notre société évalue l’avortement, l’homosexualité, l’adultère, la magie, la tromperie et l’égoïsme montre que rien n’a changé dans le monde aujourd’hui. « Un Ethiopien peut-il changer sa peau, et un léopard ses taches? De même, pourriez-vous faire le bien, vous qui êtes habitués à faire le mal ! » (Jérémie 13:23). 

Le péché empêche la repentance et la loyauté

Y a-t-il un moyen de sortie? Y a-t-il une solution au dilemme et au cercle vicieux du péché? À première vue, oui: Jérémie annonce je jugement non pas pour simplement condamner, mais juste pour montrer la voie, à savoir se repentir et se retourner vers Dieu. « Va crier ces paroles vers le nord, va dire: reviens, infidèle Israël! déclare l’Eternel. Je ne jetterai pas un regard sévère sur vous, car moi, je suis fidèle, déclare l’Eternel. Je ne garde pas ma colère pour toujours. » (Jérémie 3 :12).

L´appel à la repentance de Jérémie n’est pas simplement un appel à changer les choses de façon superficielles et formelles, mais c’est un appel à la transformation du cœur. Le peuple devrait suivre Dieu de tous cœur dans leurs pensées, paroles et actions. Cela consiste à aimer Dieu, tout comme l’exigeait l’alliance avec Dieu (voir Deutéronome 6: 5-6).

Se repentir de tout cœur signifie changer complètement d´attitude, de comportement et donc la vie entière ! Ce changement est urgent et nécessaire, mais nous ne pouvons pas l´opérer !  Jérémie résume la cause de cette incapacité en quelques mots : le péché mène à plus de péchés, parce que le cœur humain – toute son attitude – est complètement corrompu. Quand tout en l’homme s´oppose à Dieu, alors il n’y a plus rien qui le pousse à Dieu – pas le bon sens, pas le sentiment, pas la peur et ni la volonté !

Ce que Dieu veut nous dire dans le livre de Jérémie, c’est que le péché est beaucoup plus catastrophique que nous ne pouvons l’imaginer! Les conséquences du péché sont aussi inévitables ! Elles sont aussi catastrophiques.

Un cœur incurable

« Le cœur est tortueux plus que tout» (Jérémie 17 : 9). Le cœur est perfide, c’est pourquoi l’homme est trompé par son propre cœur. Le cœur est incurable, en conséquence l´homme ne peut pas changer son attitude de cœur, son caractère. Parce que c’est le cas, le jugement de Dieu est alors inévitable.

Le jugement de Dieu

Dans le verset suivant après que le Seigneur ai clairement décrit l´état incurable de la maladie de nos cœurs, il dit : « Moi, l’Eternel, j´explore le cœur, j´examine les reins pour traiter chacun conformément à sa conduite, au fruit de ses agissements» (Jérémie 17:10). C´est pourquoi Jérémie commence son service avec le jugement de Dieu, en disant : « L´Eternel m’a dit : « C´est du nord que le mal se déversera sur tous les habitants du pays. En effet, je vais appeler tous les peuples des royaumes du nord, déclare l´Eternel. Ils viendront et ils placeront leur trône à l´entrée des portes de Jérusalem, tout autour de ses murailles, et contre toutes les villes de Juda » (Jérémie 1 : 14 – 15).

Jérémie a transmis très clairement le message qu´il a reçu de Dieu. Et Dieu accomplit sa parole – et même son jugement ! Il l’a accompli en Israël et il l’accomplira tôt ou tard dans le monde entier, sur chaque personne.

Maintenant, nous pouvons peut-être mieux comprendre pourquoi Jérémie a écrit dans ses Lamentations : « Alors j´ai dit : Je n´ai plus d´avenir, je n´ai plus d´espérance en l´Eternel !» (Lamentations 3 : 18).  Et cependant il écrit deux versets plus loin « Voici ce que je veux méditer pour garder espoir : les bontés de l´Eternel ne sont pas épuisées, ses compassions ne prennent pas fin» (Lamentations 3 : 21 à 22). Le jugement n’était-il pas alors aussi final et inévitable ?

Une lueur d’espoir

« Vois, aujourd´hui je te confie une responsabilité envers les nations et les royaumes : celle d´arracher et de démolir, de faire disparaître et de détruire, de construire et de planter » (Jérémie 1 :10). « En effet, voici ce qu´a dit L´Eternel : « Tout le pays deviendra un désert, mais je n´accomplirai pas une destruction totale » (Jérémie 4:27). „Montez sur ses murailles et abattez-les mais ne la détruisez pas entièrement » (Jérémie 5 : 10). « Mais même durant ces jours-là, déclare L´Eternel, je ne vous détruirai pas entièrement » (Jérémie 5,18). En dépit de tout péché et de tout jugement, cette lueur d’espoir peut être suivie tout au long du livre de Jérémie, même dans tout l’Ancien Testament (voir Deutéronome 30: 6). Cette lueur d’espoir nous amène maintenant au cœur du livre de Jérémie, les chapitres 30-33, la partie de consolation d’Israël. Dans ces passages réconfortants, Dieu promet la vraie solution et la délivrance, en disant qu’il veut lui-même guérir le cœur incurable. Mais pas en le réparant, mais en le rendant complètement nouveau. Le livre de Jérémie décrit presque exclusivement les conséquences catastrophiques et inévitables du péché. Cependant, combien plus grande, plus puissante et plus glorieuse est la grâce de Dieu, que Jérémie décrit ici. 

Les glorieuses conséquences de la grâce

« Mais voici l´alliance que je ferai avec la communauté d´Israël après ces jours-là, déclare l´Eternel : je mettrai ma loi à l´intérieur d´eux, je l´écrirai dans leur cœur, je serais leur Dieu et ils seront mon peuple. Personne n´enseignera plus son prochain nie son frère en disant : « vous devez connaitre l´Eternel ! » Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu´au plus grand d´entre eux, déclare l´Eternel. En effet, je pardonnerai leur faute et je ne me souviendrai plus de leur péché» (Jérémie 31 :33-34).

Dieu promet à son peuple qu’il guérira lui-même leur cœur incurable. Il enlèvera le péché enfoui dans leurs cœurs (voir Jérémie 17 : 1) et mettra plutôt sa parole dans leur cœur.  Ainsi leur cœur ne sera plus façonné par le péché, mais plutôt par la parole de Dieu. La promesse de grâce de Jérémie révèle que le fondement indispensable de la conversion à Dieu et de la communion avec lui est le pardon des péchés. Ce n’est que lorsque le cœur a été purifié du péché qu’il peut croire en Dieu et le suivre (voir Jérémie 31: 34b, Ésaïe 44:22, 53: 3-4, Ézéchiel 36: 25-27).

Jésus-Christ a accompli cette promesse de grâce et a apporté la nouvelle alliance. Et comment l’a-t-il apportée? Qu’a-t-il fait pour transformer les conséquences catastrophiques du péché en conséquences glorieuses de la grâce?

Le sang du Christ et notre cœur de péché

Christ est le moyen d´issue du péché et du jugement de Dieu. Non pas parce que le Christ abolit le jugement, mais parce qu’il l’a subi au nom des pécheurs! Jésus parle à un moment donné tout à fait précisément de cette nouvelle alliance que Jérémie a promise: « il prît de même la coupe et la leur donna en disant: « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang qui est versé pour vous» (Luc 22:20). Jésus relie la nouvelle alliance avec son sang, c’est-à-dire avec sa mort. La Nouvelle Alliance entre en vigueur parce que Christ a enduré le jugement et a ainsi libéré l’homme de la captivité du péché.

Justement, le livre de Jérémie nous aide à comprendre plus profondément ce que Jésus a fait pour nous. Nous entendons le plus souvent que Jésus est mort pour nous. Mais comment pouvons-nous mieux comprendre la gloire et la signification de celle-ci? Comment une mort sanglante et horrible sur la croix peut-elle être la chose la plus belle et la plus grande?

Ce n’est que lorsque l’on sait à quel point le péché est horrible et catastrophique et que l’on reconnaît sa propre perte, que l´on peut commencer à saisir ce que Christ a fait pour nous. Combien son œuvre est magnifique, glorieux et puissant pour nous! Le péché est la pire des faits qui soit jamais arrivée dans le monde. Mais Dieu merci, il n’est pas le plus grand événement! Le plus grand évènement est ce que le Christ a fait pour nous sur la croix.

Même si je sens encore dans ce monde les conséquences du péché dans ma vie, même si je suis encore un pécheur, je ne dois plus désespérer. En regardant la croix, je peux dire en toute confiance: Je crois au pardon des péchés. Christ a fait tout ce qui était nécessaire. Il a rempli son engagement pour nous. Á travers lui je suis connecté avec Dieu pour toute l’éternité.

Ludwig Rühle

Ludwig Rühle, né en 1979, est un menuisier de formation.  Avec sa femme Katharina, ils ont deux fils et une fille. Il a aussi étudié la théologie et travail depuis 2009 en tant que pasteur à
Bekennenden Evangelischen Gemeinde d’Osnabrück.
En outre, il organise des camps d´enfants et de jeunesse et travaille dans le comité de « Josia »
(www.josiablog.de).