Déteste le péché et aime le pécheur – une attitude discutable ?

Dans la doctrine chrétienne, on entend souvent cette déclaration : « Déteste le péché mais aime le pécheur ». Cette déclaration parait à première vue comme parfaitement correcte et parfaitement chrétienne, mais en réalité elle ne contient que la moitié de la vérité et laisse sans réponse certaines questions cruciales. En effet, si nous haïssons le péché mais aimons le pécheur, nous devons également garder à l’esprit ce qu´est l’amour de Dieu pour le pécheur à tous égards. Sinon nous agissons d’une manière qui nous dévie complètement de l’objectif. Nous risquons donc de tomber dans un relativisme très populaire de notre époque mais très dangereux pour la vérité de l’Évangile.

Une mentalité qui consiste à „haïr le péché mais à aimer le pécheur » peut conduire à une utilisation abusive de l’amour de Dieu et faire de ces deux différents aspects de son caractère une contradiction. Lorsque cela se produit, nous créons (inconsciemment) une représentation très unilatérale de l’Évangile qui façonnera finalement nos églises, nos sermons, notre travail missionnaire, etc., et induira en erreur nos amis non croyants.

Notre motivation est en réalité très exemplaire : aimer tout le monde comme Christ l´a démontré dans sa façon de vivre. Cependant, si nous ignorons les attributs importants de Dieu, tels que sa justice, sa sainteté et sa colère, nous atteindrons un but complètement faux simplement parce que nous adaptons amour de Dieu à notre imagination. De cette façon, nous proclamons un Dieu approprié à notre culture, mais qui est incapable de sauver les pécheurs de leur péché.

Avons-nous du tout le droit de détester ?

Il y a plusieurs années de cela que mon frère a été assassiné par sa propre femme. Sa mort est une bonne illustration pour moi; car comment vais-je haïr ce péché et aimer le pécheur? J’utilise cet exemple parce que c’est un événement réel et très douloureux que j´ai vécu. Et cela m’a profondément influencé.

À ce stade, je n’ai pas besoin de demander si nous devrions haïr le péché, car je suis sûr que nous serons tous d’accord avec ce point. Sans aucun doute, je déteste le péché de ma belle-sœur, tout comme je déteste tous les péchés – et j’espère qu´il en de mêmes chez vous.

Un regard sur la croix suffit pour que chaque chrétien soit d’accord que le péché est odieux. Nous détestons les péchés des autres et nous détestons nos propres péchés, car c´est à cause de nos péchés que Christ est mort à la croix.

Le monde peut aimer le péché, mais pas nous. Même si nous prenons temporairement plaisir à certains péchés, nous revenons toujours au point que nos cœurs ont horreur du péché (cf. Hébreux 11:25).

Et oui, il est facile de haïr le péché. Plus complexe est quand il s´agit d´aimer le pécheur. Que signifie même « aimer le pécheur » ? Répondre à cette question s´avère très difficile. Malheureusement, nous les chrétiens, en essayant de montrer que nous sommes motivés par l’amour de Dieu, démontrons souvent un amour qui correspond plus à notre notion culturelle d’acceptation et de tolérance que de l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que l’amour ?

La haine inclut le rejet. Si je déteste ton ou mon péché, je le rejette. Il est donc logique de comprendre l’amour comme une acceptation. Et c’est ce que beaucoup de chrétiens veulent transmettre aux pécheurs : je rejette votre péché, mais je vous accepte.

Le problème est qu’il s’agit simplement d’une forme d’amour très réduite qui ignore des points importants et peut être très facilement mal comprise. Car si nous ne faisons pas attention, nous communiquons au pécheur que le péché n’a rien à voir avec lui personnellement. Nous lui disons : « Tout va bien avec toi, c’est le péché que je déteste. » Mais c’est ainsi que nous tordons le message biblique et tournons les vérités les unes contre les autres. Nous n’exprimons pas vraiment et clairement ce que c’est que l’amour, ces effets et comment nous le vivons face à quelqu´un qui a péché contre nous.

L’amour de Dieu est plus profond et plus large qu’une simple « acceptation » ! Il contient plus que cela, et il est donc de notre responsabilité de présenter Dieu et son amour dans toute son étendue. 

Dieu est un Dieu plein d’amour !

Dieu est amour (cf. 1 Jean 4 : 8), mais il est aussi un Dieu qui a de la colère (Romains 1,18). Dieu aime tellement le monde et pourtant sa colère est dirigée contre tous ceux qui aiment vivre dans le péché (cf. Jean 3:36). Le fait que Dieu permette aux gens d’aller en enfer pour toujours ne diminue en rien son amour. Il n’y a pas de contradiction quand nous disons : « Dieu aime les pécheurs et punit les pécheurs ».

Si nous voulons comprendre l’amour de Dieu sans considérer sa colère et sa justice, nous nous retrouvons avec un amour laxiste, post-moderne et humano-culturel.

J’aime ma belle-sœur, mais je demande que son péché soit puni. S’il n’y a pas de punition pour son crime, alors la vie et la mort de mon frère seront sous-estimées. Celui qui prétend que la vie et la mort de mon frère sont insignifiantes prouve son manque d’amour. Pour cette raison nous avions besoin de la justice elle est en effet un moyen pour affirmer l´amour et de condamner le péché comme quelque chose de terrible. La justice de Dieu est un aspect indispensable de son amour.

Imaginez-vous que Dieu ignore le péché – comment pourrait-il être alors un Dieu d´amour, de justice et de pardon? En outre, nous n’aurions jamais compris ni expérimenté son amour s’il ne nous avait pas confrontés à nos péchés.

L’amour sans justice mène à un monde sans amour. La justice sans amour mène à un monde rempli de peur. Mais l’amour et la justice mènent à un monde qui honore Dieu et lutte pour ses principes.

Est-ce que nous aimons de la bonne manière ?

Que se passe-t-il s’il s’avère que notre mentalité « détester le péché et aimer le pécheur » est un modèle purement moral et non biblique ? Pour le déterminer, nous devons nous poser une question cruciale :

Comment notre amour pour les pécheurs se manifeste il ?Supposons que votre vie de mariage est très difficile, caractérisé par l’amertume, le manque de pardon et la déception. À quoi ressemble votre amour pour votre épouse dans cette situation ? Détestez-vous son péché mais aimez-vous le pécheur ?

La vision erronée de l’amour de Dieu peut conduire á ce que nous ne voulons pas embarrasser le pécheur et par conséquent lui cachons une partie importante de la vérité : par exemple la juste colère de Dieu sur son péché. Ou bien nous méprisons tellement le pécheur pour ce qu’il a fait, de sorte que nous ne sommes pas prêts à l’aimer comme Christ nous (pécheurs) aime.

Jésus est notre modèle idéal lorsqu’il s’agit d’aimer les pécheurs tout en détestant leur péché.

1. Il leur a donné du temps – Jésus n’a jamais rejeté aucune personne qui venait à lui.

2. Il leur parla la vérité – Jésus témoigna ouvertement de l’amour de Dieu, parlant clairement de la justice de Dieu, de sa colère et de sa sainteté.

3. Il leur a donné de l’amour – Jésus n’a jamais péché contre qui que ce soit, peu importe comment les gens le traitaient. « Lui qui insulté ne rendait pas l’insulte, maltraité ne faisait pas de menaces mais s’en remettait à celui qui juge justement »  » (1 Pierre 2:23).

avatar

Rick Thomas

Rick Thomasest pasteur depuis près de 20 ans. Il est qualifié pour la cure d´âme. 
Il considère comme mission principale de sa vie, transmettre à d´autres «  l´Evangile, le message qui change la vie pour la joie et la gloire de Dieu ».

Sei der Erste, der diesen Beitrag teilt!